galega

Le projet très contesté localement d’extension de l’élevage porcin de l’EARL Van den Broek à Feusines est désormais entre les mains du préfet. Malgré une forte mobilisation locale et l’opposition de la mairie de Feusines se traduisant par un grand nombre d’avis négatifs lors de l’enquête publique, le Coderst du 7 juillet a donné un avis favorable. C’est donc maintenant au préfet d’arbitrer et d’accepter ou de refuser de signer l’arrêté d’autorisation. Rappelons que le projet porté par cet exploitant agricole est de créer le plus gros élevage porcin du département en triplant sa capacité de production de façon à atteindre 15 600 porcs produits par an. Indre Nature avait déjà émis un avis très négatif sur ce projet lors de l’enquête publique. Parmi les arguments de notre opposition à ce projet il y a la très forte pression que l’agrandissement de cet élevage fera peser sur la ressource en eau locale. En effet cette extension se traduira par un prélèvement sur le forage alimentant l’élevage multiplié par 14 à 20 !

Or la situation de sécheresse actuelle que subit le département et en particulier le bassin de l’Indre (en assec depuis début août en amont de Ste Sévère) et de son affluent la Teissonne, sur lequel est situé cet élevage doit inciter à ne pas autoriser des projets accroissant la pression sur la ressource en eau. Ce sont même les recommandations venant de la Première Ministre ! C’est pourquoi Indre Nature a écrit au préfet pour lui demander, compte tenu des risques sur la ressource en eau qui seront de plus en plus fréquents et graves de ne pas autoriser l’extension de cet élevage.


Pour accéder à l’avis déposé par Indre Nature à l’enquête publique ICI
Pour accéder au courrier au préfet ICI

galega

Alors que le réchauffement climatique est perçu et vécu par de plus en plus de personnes comme une catastrophe créant des conditions de vie insoutenables, la création d’installations génératrices d’énergie renouvelables alternatives à l’utilisation des énergies fossiles fait partie de la solution à condition que cela ne se fasse pas au détriment de l’autre enjeu majeur actuel qui est celui de la préservation de la biodiversité. Or il apparaît que pour certains investisseurs c’est surtout une opportunité de gagner de l’argent. Certains projets sont typiques de cela. C’est le cas du projet de centrale photovoltaïque sur le site des Champs de la Perrière de Buzançais.

Il s’agit de transformer une ancienne carrière propriété de la commune de Buzançais, utilisée en partie pour des activités de loisir (aéromodélisme) et en partie en pâturage ovin. La spécificité de ce milieu sableux sec a surtout permis à une biodiversité très particulière de se développer avec certaines espèces protégées et un habitat rare dans l’Indre et la Région Centre dénommée « pelouse à Corynephore », le Corynéphore (Corynophorus canescens) étant une graminée spécifique de ce type de milieu.

C’est pourquoi Indre Nature a déposé un avis défavorable à l’enquête publique qui vient de se terminer.

Pour accéder à l’avis déposé par Indre Nature ICI

 

 

 

galega

Grace à plusieurs années de prospections sur les bassins de la Claise, de la Creuse et de l'Anglin, la répartition et l'écologie du Galéga officinal sont aujourd'hui mieux connues. Indre Nature publie une plaquette sur cette espèce invasive qui se multiplie depuis quelques années le long de certains cours d'eau, en bords de route et même dans les prairies.

La dispersion de cette espèce est intimement liée aux activités humaines et se fait au détriment de la flore locale. Le Galéga est également une plante très toxique pour le bétail. Les moutons et les chevaux par exemple y sont très sensibles, et les intoxications peuvent parfois être mortelles.

La plante est en fleur de juin à fin-août-septembre. C'est donc le moment d'ouvrir l'œil….

Pour en savoir plus : Visionner et Télécharger la plaquette

blaireau2A tous nos adhérents, à tous ceux qui rejettent la chasse au blaireau notamment par déterrage,

En 2019 la Cour d’appel du tribunal administratif de Bordeaux donnait raison à notre recours contre les dispositions de l’arrêté chasse de l’époque autorisant la période complémentaire chasse au blaireau par déterrage. Après un répit en 2020, sous la pression des chasseurs le préfet a de nouveau autorisé cette période complémentaire de chasse en 2021 par arrêté que nous avons de nouveau attaqué en justice et qui est en instance de jugement. Le préfet récidive cette année en faisant passer sans aucune justification valable le nombre de commune sur lequel cette chasse barbare est autorisée de 49 à 72.

Nous demandons le retrait pur et simple de ce projet d’arrêté.

Nous vous demandons de soutenir notre position en déposant un avis personnel à la consultation publique qui se termine le 23 juin !!

Pour vous aider vous trouverez :

- l’avis d’Indre Nature déposé à la consultation publique

- un argumentaire pour vous aider à déposer votre avis

 

Pour déposer votre avis le jeudi 23 juin au plus tard soit:

  • Par courrier électronique à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Par voie postale à l’adresse suivante :

DDT-Cité administrative

Unité chasse

Boulevard George Sand

CS 60616 – SATR

36020 Châteauroux

indre natureAprès deux années sans assemblée physique pour cause de Covid 19 notre Assemblée Générale pourra cette année se tenir en présentiel.
Elle aura lieu le samedi 18 juin à la Salle des fêtes de Mers-sur-Indre.
Nous comptons vous retrouver nombreux !
Deux sorties naturalistes vous sont proposées en matinée : "A la découverte des oiseaux du Bocage" dont le rendez-vous est donné à 9h30 à la salle des fêtes de Mers-sur-Indre et " A la découverte de la Flore du Bocage" dont le rendez-vous est donné à 9h45 devant cette même salle. Les inscriptions pour ces animations sont obligatoires au 02 54 22 60 20.

L'émargement de notre assemblée débutera à 14h15 après un pique-nique particpatif. L'AG proprement dite, elle, commencera à 15h.

Programme complet Ici