Perdrix rouge SHX 08 07 52Cela n’arrête pas ! Le président de la fédération de chasse demande et le préfet s’exécute. Après avoir autorisé cet automne en plein confinement avec une procédure d’urgence ( !) la chasse appelée « de régulation » des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts aux cultures à savoir pêle-mêle les cervidés, les sangliers  mais aussi les corvidés et le pigeon ramier, le préfet a, suite à une nouvelle demande du président de la FDC36 quelques jours plus tard et sans prendre le soin de consulter les instances règlementaires, ajouté le renard à la liste. Pourtant le renard serait plutôt un auxiliaire agricole que responsable de gros dégâts. Mais ce n’est pas tout ! Nouvelle demande du président de la fédération de chasse. Le confinement n’ayant pas permis à la poignée d’éleveurs de faisans et de perdrix pour la chasse de vendre leur production il a demandé au préfet une réouverture de la chasse à la perdrix et une prolongation de la chasse au faisan pour pouvoir écouler leur stock de gibier. Là encore en urgence entre Noël et nouvel An l’administration dans une procédure à la légalité douteuse consulte en même temps le public et la commission chasse départementale (CDCFS) sur un projet d’arrêté donnant entière satisfaction à la demande des chasseurs.

Lire la suite...

1.5c

Le collectif indrien "Il est encore temps" appelle à venir ce vendredi 11 décembre de 18h à 19h30 place Saint-Hélène à Châteauroux, pour former un message visuel avec des bougies allumées pour rappeler les accords de Paris il y a 5 ans, de limiter le réchauffement climatique à 1.5°C.
Venez nombreux !

renardLe 20 novembre dernier c'est en catimini qu'un arrêté modificatif de l'arrêté du 6 novembre autorisant les chasses de régulation était signé. L'occasion de voir arriver une nouvelle espèce sur la liste de celles dont la chasse est autorisée en confinement : le renard.
Mais le plus gros scandale réside dans le fait que cette décision n'a pas été discutée en CDCFS (qui n'avait d'ailleurs pas retenu le renard lors de sa dernière réunion)  et répond donc uniquement à la demande du président de la Fédération des chasseurs de l'Indre. Indre Nature siégeant pourtant à cette commission n'a été informée de cette décision que le 27 novembre.
Le préfet à donc cédé au caprice du lobby de la fédération de chasse. Au mépris de l'avis de la CDCFS et de la légalité ! 

Notre communiqué de presse ICI

Balle de chasse RDAlors que tous les citoyens sont confinés chez eux, que de nombreux petits commerces condamnés à rester fermer sont au bord de la faillite, que la culture est sinistrée – spectacles annulés, librairies fermées – le gouvernement n’a rien trouvé de plus urgent que d’accorder une dérogation aux chasseurs au motif de « régulation » des animaux nuisibles.

C’est le résultat d’un lobbying intense de la fédération nationale de la chasse et de son président Mr Willy Schraen qui s’en est vanté auprès de ses troupes. Toutes affaires cessantes avec une précipitation jamais vue auparavant, l’administration a mis en place une réunion de la commission départementale de la chasse (CDCFS) pour lui faire valider un projet d’arrêté préfectoral élaboré avec la fédération de chasse locale pour autoriser sur simple demande des chasses au sanglier, cervidés, corvidés et Pigeon ramier. Il fallait faire vite car il ne fallait pas rater un week-end de chasse ont dit les chasseurs. Cette dérogation est dans le contexte actuel scandaleuse car elle ne changera rien à la multiplication des sangliers et cervidés soigneusement entretenues par les chasseurs pour exercer leur loisir. Elle s’étend à des espèces comme les corvidés et le Pigeon ramier dont les dégâts sont dérisoires et ne nécessitent pas ces mesures d’urgence.

Bien évidemment Indre Nature s’est exprimé au sein de cette commission contre ce projet mais comme d’habitude notre avis n’a pas été pris en considération. Comme d’habitude l’administration est totalement soumise au point de vue des chasseurs.

Vous trouverez ICI le communiqué de presse d’Indre Nature ainsi que le LIEN pour accéder à l’arrêté préfectoral car il reste introuvable sur le site de la préfecture.

20201014 152034Indre Nature dénonce la régression en matière de règlementation environnementale que constitue le vote en première lecture à l’Assemblée du projet de Loi autorisant la réintroduction des néonicotinoïdes. Ce vote traduit le double langage du gouvernement qui prétend notamment au niveau international se faire passer pour un protecteur de l’environnement mais qui dans la pratique démantèle le droit de l’environnement et revient en arrière sur des avancées législatives précédentes (retour des néonicotinoïdes, suppression des enquêtes publiques en matière d’environnement sous couvert de simplification administrative) et renie ses promesses sur la transcription règlementaire des propositions de la convention citoyenne sur le climat et sur l’interdiction du glyphosate.

Lire la suite...