Traitement phyto SMR 41

 

Malgré notre mobilisation et les nombreux avis reçus de toutes parts à la consultation publique demandant à l’administration et au Préfet de ne pas abaisser le niveau de protection des citoyens et des cours d’eau envers les pesticides, rien n’y a fait. Sous la pression d’une fraction du monde agricole tenante du modèle agricole le plus intensif et le plus polluant, le Préfet a pris le 24 juillet un arrêté qui constitue une véritable régression de la protection de la population contre les épandages de pesticides et aussi une régression du droit de l’environnement pourtant interdit par la Loi sur la Biodiversité du 8 août 2016.

Quel bon moment que le début des vacances pour publier un arrêté préfectoral qui inscrit à la baisse la protection contre les risques de pollution des eaux par les pesticides !

Jusqu’à fin 2016 un arrêté national définissait les règles d’utilisation des pesticides et notamment la distance minimale des « points d’eau » à respecter pour leur épandage. Les « points d’eau » étaient ainsi définis :   cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents figurant

en points, traits continus ou discontinus sur les cartes 1/25000 de l’Institut géographique national.

Un nouvel arrêté national a été publié en mai 2017 laissant le soin aux préfets de définir par département la cartographie de ces « points d’eau ».

Sous la pression des lobbys agricoles les plus intensifs et utilisateurs de pesticides le projet d’arrêté proposé par le préfet de l’Indre s’inscrit en nette régression par rapport à l’ancien. Plusieurs centaines de km d’écoulements divers (fossés, cours d’eau intermittents) et de nombreux plans d’eau risquent désormais de ne plus être protégés et d’être directement aspergés de pesticides.

blaireau2Le Tribunal administratif de Limoges vient de rendre son jugement concernant notre recours contre l’arrêté préfectoral autorisant les périodes complémentaires de chasse sous terre au blaireau.

Le jugement est défavorable à notre association en rejetant le recours que nous avions déposé mais dans le détail il se révèle contradictoire et à notre avis contestable.

Notamment il nous donne raison sur les points suivants :

1-      Absence de justification par l’autorité administrative des motivations de cette période complémentaire de chasse au blaireau,

2-      Absence d’information de la CDCFS de l’ouverture de la consultation publique sur cet arrêté.

Mais il conclue quand même au rejet de notre recours considérant que cela n’aurait pas changé le résultat concernant l’arrêté, ce qui est juridiquement très contestable.

Repair café

Pour son premier Repair café du 24 juin dernier, Indre Nature a mobilisé une vingtaine de bénévoles pour assurer l'accueil et l'animation des stands de réparation d'objets divers. Une trentaine de personnes a apporté des objets défectueux sur lesquels nos experts se sont penchés : pompe de vidange, bouilloire électrique, grille-pain, vêtements et vélos sont ressortis presque comme neufs !  Un grand merci à tous pour votre participation à cette action qui vise à réduire les déchets et à démontrer qu'il est parfois possible de réparer nos objets du quotidien.

repair cafe in

 

Indre Nature organise un Repair'café Samedi 24 juin (de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h), Maison des Quartiers est (1 rue Jules Massenet) à Châteauroux.

Durant cette manifestation, vous pourrez venir réparer vos objets du quotidien (petit mobilier et éléctroménager, vêtements/textiles, électronique et vélo) en compagnie de nos bénévoles experts. 
Notez cependant que le gros mobilier (armoires,...) et le gros éléctroménager (frigo,...) ne seront pas acceptés.

Prochains rendez-vous

Aucun événement

Clichés du Club photo