livret biodiv

 

J’accueille la biodiversité chez moi s’adresse à tous les amoureux de la nature, désireux de faire un geste pour la biodiversité. Que vous ayez un terrain de plusieurs hectares, de quelques mètres carrés ou même un simple balcon, ce livret guide vous accompagnera dans votre démarche pour mieux accueillir la faune et la flore sauvage chez vous.

Riche de nombreuses illustrations et de conseils techniques, l’ouvrage s’appuie sur l’expérience personnelle de bénévoles de l’association départementale Indre Nature, qui nous font part de leurs tentatives, succès ou réserves, pour favoriser sous toutes ses formes la nature au jardin comme dans le bâti. Vous pourrez ainsi trouver conseils et astuces pour bien choisir les essences de vos haies, fabriquer un nichoir pour les oiseaux ou savoir comment les soutenir en hiver, construire un abri pour les chauves-souris, un point d’eau pour les grenouilles et les libellules, un gîte pour les insecte, entretenir jardin et potager, et favoriser les espèces sauvages pour un meilleur équilibre écologique comme pour le plus grand plaisir des yeux…

Conçu et réalisé par Indre Nature avec le concours financier de : Conseil Régional Centre-Val de Loire; Dreal Centre-Val de Loire, Fondation BPLV, Espace Bio, Color 36.

Consulter quelques pages et bon de commande ici

 

carte de voeux IN2018 sera pour Indre Nature une année anniversaire, celle des 30 ans de sa création. A cette période de vœux, que souhaiter de mieux que l’action entreprise en 1988 continue et se renforce. Cette année sera l’occasion de mesurer le chemin parcouru depuis 30 ans et de mobiliser et sensibiliser encore plus de citoyens à nos objectifs : protéger la nature et l’environnement. Nous espérons que vous serez nombreux à participer aux activités et animations que nous organiserons tout au long de cette année.

En 30 ans l’urgence environnementale s’impose de plus en plus partout à travers le monde. Le climat de la terre se réchauffe de plus en plus vite entraînant un cortège de catastrophes dont nous prévoyons encore mal l’ampleur et les conséquences à venir ; la biodiversité s’effondre au risque de voir disparaître à brève échéance un grand nombre d’espèces. Mais les mesures concrètes pour enrayer cette évolution se font encore attendre et nous sommes encore trop peu nombreux à agir en ce sens. Nos vœux pour 2018 sont donc de poursuivre et développer encore plus l’action entreprise il y a 30 ans et de rassembler encore plus de monde autour de nous.

Traitement phyto SMR 41

 

Le préfet n’ayant même pas daigné répondre au recours gracieux que nous lui avions adressé le 14 septembre lui demandant de revoir la définition des zones non traitées, le conseil d’administration d’Indre Nature a fait le constat que toutes les tentatives de faire valoir notre point de vue par l’échange et la discussion avaient échouées. En conséquence il a décidé de faire un recours judiciaire devant le Tribunal administratif de Limoges contre l’arrêté préfectoral du 24 juillet.

Lire la suite...

obsindre

Deux formations obs'indre vous sont proposées en ce début novembre.

La première se tiendra le mardi 7 novembre à partir de 18h au local de l'association, parc Balsan à Châteauroux.

La seconde aura lieu le jeudi 9 novembre à partir de 18h à la Maison de la Nature sur la commune de Saint-Michel-en-Brenne.

Une résrvation est souhaitée pour ces deux formations soit par téléphone au 02 54 22 60 20 soit par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour plus de confort n'hésitez pas à apporter votre ordinateur portable.

Traitement phyto SMR 41Suite à l’abrogation d’un arrêté ministériel de 2006 provoquée par un syndicat agricole dont le motif ne portait pourtant pas sur la délimitation des zones de non traitements (ZNT), les préfets de départements avaient à redéfinir les points d’eau à proximité desquels l’épandage des pesticides est interdit. Dès la parution du projet d’arrêté propre au département de l’Indre en juin Indre Nature ainsi que de nombreux citoyens et d’autres associations ou syndicats se sont mobilisés pour exprimer lors de l’enquête publique leur opposition à ce projet qui consistait à abaisser le niveau de protection de la population et des cours d’eau envers les pesticides.

Rien n’y a fait. Pour satisfaire les tenants du modèle agricole le plus intensif et le plus polluant, le préfet a pris en plein cœur de l’été un arrêté qui constitue une véritable régression environnementale. Avec ce nouvel arrêté ce seront des kilomètres de cours d’eau qui ne seront plus protégés ainsi que tous les cours d’eau de moins de 1 hectare non reliés directement à un cours d’eau. Nous en avons dénombrés plus de 10 000 dont certains sont connus pour abriter une faune ou une flore protégée.

Lire la suite...