Traitement phyto SMR 41

 

Malgré notre mobilisation et les nombreux avis reçus de toutes parts à la consultation publique demandant à l’administration et au Préfet de ne pas abaisser le niveau de protection des citoyens et des cours d’eau envers les pesticides, rien n’y a fait. Sous la pression d’une fraction du monde agricole tenante du modèle agricole le plus intensif et le plus polluant, le Préfet a pris le 24 juillet un arrêté qui constitue une véritable régression de la protection de la population contre les épandages de pesticides et aussi une régression du droit de l’environnement pourtant interdit par la Loi sur la Biodiversité du 8 août 2016.

 

Autant la règle définissant auparavant les zones de Non Traitements (ZNT) était simple « interdiction d’épandage à moins de 5m de tout écoulement ou point d’eau en bleu sur la carte IGN au 1/25 000 » autant elle est devenue compliquée à exposer et comprendre puisqu’il faut 2 articles et 20 lignes de l’arrêté en question pour définir les nouvelles ZNT. Comme simplification on fait mieux. Au final ce sont plusieurs centaines de km de cours d’eau qui ne seront plus protégés et tous les plans d’eau de moins de 1 ha non reliés directement à un cours d’eau. N’allez pas pique-niquer autour de votre étang s’il est dans ce cas car vous risquerez de vous faire asperger de pesticides par le propriétaire du champ voisin.

Alors que les rapports s’accumulent mettant en évidence les dangers des pesticides pour la santé humaine et en premier lieu d’ailleurs pour les agriculteurs, ainsi que les risques mortels qu’ils représentent pour la faune sauvage et particulièrement les abeilles et la faune aquatique, l’administration préfère scandaleusement privilégier l’intérêt de quelques pollueurs professionnels.

 

L'arrêté prefectoral: ICI

Prochains rendez-vous

Aucun événement