indre natureLe SCoT ou Schéma de Cohérence Territoriale est un document élaboré à l’échelle du territoire d’un regroupement de communes dont le rôle est d’assurer la cohérence entre de nombreuses politiques publiques (habitat, mobilité, aménagement commercial, environnement, paysage) et de servir de cadre de référence aux documents d’urbanismes sectoriels (PLU, PLUI). Il est juridiquement contraignant et il est surtout la traduction de la vision stratégique des élus décideurs sur le devenir de leur territoire. C’est donc un document stratégique très important et Indre Nature a été particulièrement attentif et impliqué durant son élaboration notamment pour le territoire du Pays de La Châtre engagé dans un projet de Parc Naturel Régional construit autour de l’identité bocagère. Malheureusement le résultat est très loin de répondre à notre attente et manque totalement d’ambition.  C’est pourquoi Indre Nature a envoyé une contribution dans le cadre de l’enquête publique sur Ce projet de SCoT.

Pour accéder à la contribution d’Indre Nature

Coquelicots 070619 2

Lancé en septembre 2018, après 2 ans d’existence, le mouvement Nous voulons des coquelicots ! organise vendredi 4 septembre son dernier rassemblement mensuel. Au bout de 2 ans d’efforts gigantesques, l’organisation de 24 rendez-vous mensuels de centaines de rassemblement, jusqu’à plus de 800, quel que soit le temps, la mobilisation de milliers de citoyens obtenant la signature de l’appel par plus de 1, 1 millions de personnes, il est temps de passer à d’autres formes de mobilisation comme le propose le document produit par le collectif national (les coquelicots la suite).

Lire la suite...

indre natureAu vu de la situation sanitaire, du risque toujours possible de redémarrage de l’épidémie de Covid 19, et compte tenu des obligations administratives et statutaires que notre association doit respecter d’ici la fin septembre, le Conseil d’administration d’Indre Nature a pris la décision de ne pas tenir notre assemblée générale sous la forme d’un rassemblement physique des adhérents. L’Assemblée Générale ne se réunira donc pas le 5 septembre à Mers-sur-Indre comme indiqué dans le précédent numéro de Mosaïque et dans les derniers bulletins Agrion.

Mais, pour respecter nos obligations statutaires (vote des comptes, de la cotisation et renouvellement du conseil d’administration) chaque adhérent recevra très prochainement un courrier lui indiquant les modalités pour prendre connaissance des bilans relatifs à l’activité 2019 de l’association ainsi que les moyens de participer, par voie électronique ou postale, aux votes statutaires.

Nous comptons malgré ces difficultés sur votre participation et espérons vous retrouver tous pour une AG ordinaire sous la forme habituelle au printemps 2021.

blaireau2Catherine Le Troquier est maire d’une petite commune du Loir et Cher qui courageusement a pris le 13 septembre 2019 un arrêté interdisant la vénerie sous terre du blaireau sur sa commune. Le préfet a obtenu en référé la suspension provisoire de cet arrêté en attendant le jugement définitif sur le fond qui se tiendra au tribunal administratif d’Orléans le 1er juillet prochain. Indre Nature apporte son soutien total à Mme Le Troquier dans son combat contre cette chasse barbare. Rappelons qu’Indre Nature a obtenu en juillet 2019, après 3 ans de procédure par décision de la cour d’appel du tribunal administratif de Bordeaux, le retrait des arrêtés chasse de l’Indre de l’autorisation d’une période complémentaire de chasse au blaireau par déterrage. Mais ce combat n’est pas fini et il nous faut continuer à exiger l’interdiction totale de cette chasse. Le combat de Mme Le Troquier est aussi le nôtre et nous lui apportons tout notre soutien.

Pour en savoir plus -> Cliquez ICI

Pour connaitre les soutiens de Mme Le Troquier -> Cliquez ICI

Traitement phyto SMR 41Les pesticides sont des produits dont la dangerosité pour la santé humaine et pour la biodiversité n’est plus à démontrer. L’Union Européenne elle-même vient de le souligner en venant de publier deux stratégies complémentaires l’une sur la préservation de la biodiversité, l’autre sur la mutation de l’agriculture européenne dans lesquelles elle affirme que « la perte de biodiversité et l’effondrement des écosystèmes sont l’une des menaces les plus graves auxquelles l’humanité fera face dans la prochaine décennie. Cela menace aussi les fondements de notre économie. Le coût de l’inaction est élevé et il devrait augmenter ». Pour contrecarrer cette perspective elle souhaite réduire l’usage des pesticides de 50% d’ici 2030. C’est louable mais pas suffisant et surtout loin d’être garanti c’est pourquoi notre association réclame une mise en œuvre d’une véritable stratégie de sortie des pesticides.

Lire la suite...